Le racisme systémique ou la théorie bancale de la gauche radicale

Vous êtes un homme? Vous êtes sexiste. Vous êtes blanc? Vous êtes raciste. Vous êtes hétérosexuel? Vous êtes homophobe. Vous êtes cisgenre? Vous êtes transphobe. Vous êtes chrétien? Vous êtes intolérant.


 

Bref, si vous n'appartenez à aucune minorité, vous êtes forcément un trou de cul. C'est à peu près ce que la théorie loufoque du racisme systémique vient énoncer. L'idée est que les Québécois seraient inconsciemment racistes. Pire encore, le système québécois serait raciste. Même s'il n'y avait aucune personne raciste dans notre belle province, nous serions tout de même racistes. Si vous n'êtes pas d'accord, alors c'est bien la preuve que vous êtes raciste. Remplacez le terme raciste par sexiste, homophobe, transphobe, intolérant, antisémite ou islamophobe et vous obtenez le même raisonnement bancal pour chaque accusation.


 

Évidemment, puisque vous êtes par défaut un être immonde, vous n'avez pas le droit de parole à propos de la discrimination. Soyez la majorité et taisez-vous, c'est le mot d'ordre de la nouvelle gauche sectaire qui voit du racisme partout. Vous croyez que l'accusation de racisme est grave et qu'il faut l'utiliser avec parcimonie? Voilà bien la preuve de votre racisme. Cette gauche qui n'en peut plus de traiter tout le monde d'intolérant commande à la majorité de s'autocensurer. Dire tout haut ce que pensent les gens tout bas reviendrait à une soi-disant micro-agression.


 

Vous contredisez la nouvelle cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, sur sa critique de la gestion de la pandémie par la CAQ? Vous êtes raciste et sexiste. Vous affirmez haut et fort que la porte-parole de Québec Solidaire, Manon Massé, se trompe sur son désir d'imposer une langue dégenrée? Vous êtes sexiste et homophobe. Vous croyez que le Ministre des Services Sociaux, Lionel Carmant, a tardé à agir dans la mise sous tutelle de la DPJ de l'Estrie? Vous êtes raciste. Il est maintenant interdit de critiquer une femme, une lesbienne ou un noir.


 

Mais dans quel monde vit-on? Nous sommes revenus en 1950, à l'époque où les curés mettaient des livres et des mots à l'index sous prétexte que ça ne plaisait pas à la toute-puissante Église catholique. Aujourd'hui, c'est La petite vie qu'on retire des ondes. Hier, c'était la chargée de cours Verushka Lieutenant-Duval qui était renvoyée pour avoir prononcé le mot «Nègre» en classe dans un contexte d'apprentissage. Demain, ce sera quoi?


 

On a caché le mot «Indien» dans des manuels d'écoliers, on a fait annuler un spectacle sur l'esclavage, on a censuré les choix de livres du Premier ministre et on a déboulonné des statues de personnages historiques. La nouvelle gauche radicale veut tout effacer de notre passé, notre culture et notre histoire. Ne soyons pas dupes. Luttons contre cette gauche sectaire et son empire du politiquement correct!

Blogueuse en folie

Écrit par : Blogueuse en folie

Catégorie de l'article : politique

Mise en ligne le : 2020-12-16 14:49:22

×
×

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités. Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services: pour activer les fonctionnalités de réseaux sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse. En continuant à utiliser notre site web, vous acceptez l'utilisation de tous les cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et la gestion de vos données sur notre site, cliquez sur: Plus d'information

J'accepte

Plus d'information

Mentions Légales Conditions d'utilisation des services Politique de Confidentialité - Données Personnelles

Les cookies sont de petits fichiers texte que les sites web placent sur votre dispositif pendant que vous naviguez en ligne. Ces informations peuvent vous concerner ou porter sur vos préférences ou votre dispositif en lui-même. En général, ces informations ne permettent pas de vous identifier directement, mais elles peuvent améliorer votre expérience sur notre site web. Comme nous respectons votre droit à la vie privée, vous pouvez choisir de ne pas accepter certains cookies. Veuillez noter que cela peut avoir un impact sur votre expérience du site et des services que nous offrons. Votre vie privée nous tient à cœur. Avec cette politique, nous définissons vos droits à la vie privée et la façon dont nous recueillons, utilisons, divulguons, transférons et stockons vos données personnelles.

Termes que nous utilisons dans cette politique

Lorsque nous disons « Les mots en folie », « nous », « notre » ou « nos », nous entendons Lesmotsenfolie.ca, Québec, Canada, qui est l'entité responsable du traitement de vos données personnelles. Quand nous parlons de notre « site internet » ou « plateforme », nous voulons dire tous les sites internet et applications de Lesmotsenfolie.ca.

Sites internet tiers

Notre plateforme contient des liens vers d'autres sites internet, mais cela ne signifie pas que nous approuvons ces sites. Nous vous encourageons à consulter les politiques de confidentialité de ces sites internet tiers car leurs procédures de collecte, de gestion et de traitement de vos données personnelles sont peut-être différentes des nôtres.

Nos partenaires

SOS Techno

53