Dieu est-il homophobe?
Les mots en folie

Religion

Dieu est-il homophobe?

Author Calendar View

688

Dieu est-il homophobe?

Question difficile s'il en est une, l'homosexualité dans l'Église chrétienne fait couler beaucoup d'encre. L'Église catholique et les Églises évangéliques la réprouvent sévèrement. L'Église Unie du Canada et l'Église anglicane du Canada la permettent dans certains diocèses. Mais alors, pourquoi existe-t-il de si différentes visions de ce mode de vie? Pour répondre à cette interrogation, il faut tout d'abord comprendre ce qu'est l'homosexualité et ce qu'en dit la Bible tout en remettant les textes dans leur contexte.

 

L'homosexualité est en premier lieu une attirance physique et amoureuse pour une personne du même sexe. Un homme qui aime les hommes ou une femme qui aime les femmes est une personne homosexuelle. Si l'attirance est réciproque, deux personnes de même sexe peuvent entamer une relation amoureuse qui peut même mener au mariage et à l'adoption d'enfants. Les gais et lesbiennes déclarent éprouver des sentiments amoureux et un désir sexuel semblables à ce que les hétérosexuels ressentent. D'un point de vue humaniste, rien ne semble interdire à deux adultes consentants de s'aimer.

 

Mais voilà : les églises conservatrices traitent l'homosexualité de péché, d'abomination. Elles se basent sur la Bible pour interdire cette pratique. Dans l'Ancien Testament, le livre du Lévitique est très clair : une relation sexuelle entre deux hommes mérite pour les deux partenaires la lapidation. Dans le Nouveau Testament, la relation sexuelle entre personnes de même sexe est également interdite dans divers textes, mais toujours liée à l'inceste, au viol, à la prostitution, à l’idolâtrie et à la pédérastie. Bref, une lecture littérale de la Bible est non équivoque : il faut interdire toute relation homosexuelle.

 

Sauf qu'une telle herméneutique ne tient pas compte du contexte social, politique et culturel des textes sacrés. Il existait dans l'Antiquité des pratiques qui n'ont plus cours aujourd'hui. Par exemple, chez les païens de l'époque, il était coutume de vénérer la déesse de la fertilité en accomplissant des rites sexuels avec des prostitués, hommes et femmes, pour quémander une bonne moisson. On croyait alors qu'en offrant des sacrifices à des divinités anthropomorphes on pourrait éviter la famine et la mort. Évidemment, les Anciens ne connaissaient pas la science d'aujourd'hui. Ils croyaient qu'une sécheresse prolongée ou, au contraire, une pluie diluvienne manifestait la colère des divinités. Pour les apaiser, les paysans avaient des relations sexuelles avec ces prostitués sacrés. Dans les faits, la majorité des textes bibliques, sinon tous, abordent la relation sexuelle homosexuelle sous l'angle de la prostitution sacrée, une pratique complètement disparue de nos jours qui se devait d'être condamnée, d'autant plus qu'elle était liée à l'idolâtrie.

 

Dans les faits, la Bible aborde uniquement la relation sexuelle homosexuelle et non la relation amoureuse homosexuelle. Dans l'Antiquité, les hommes se mariaient uniquement pour des questions d'argent et de filiation. À l'époque, il n'était pas question d'amour et encore moins d'orientation sexuelle. Mais aujourd'hui, on se marie principalement par amour. On reste célibataire jusqu'à ce qu'on trouve la perle rare, une situation impensable à l'époque de Jésus. En effet, dans l'Empire romain, le père de l'adolescente concluait une entente avec le père du jeune homme pour créer une alliance entre les deux familles. L'homme était libre d'avoir des relations sexuelles avec d'autres personnes, hommes et femmes. Il était même fréquent d'organiser des orgies entre hommes à des banquets. C'est cette situation que dénoncent les auteurs de la Bible. Jamais il n'est question dans le texte biblique d'un homme qui aime d'amour un autre homme ou d'une femme qui aime d'amour une autre femme.

 

Bref, la Bible ne condamne pas la relation amoureuse homosexuelle. C'est la raison pour laquelle je me range derrière les progressistes et que j'accueille favorablement les couples homosexuels. C'est aussi une des raisons qui m'a fait choisir l'Église anglicane : j'aime son ouverture d'esprit par rapport à la sexualité différente de certaines personnes. Je suis convaincue que Jésus ne jugerait pas un couple qui s'aime vraiment.

 

 



Nos plateformes de diffusion

Youtube hors direct
Twitch hors direct
Facebook hors direct