Mais où s'en vont les petits partis?
Les mots en folie

Politique

Mais où s'en vont les petits partis?

Author Calendar View

542

Mais où s'en vont les petits partis?

Le Parti vert vit une crise interne qui mine sa crédibilité, des candidats du Parti populaire diffusent des messages complotistes sur les réseaux sociaux et le Parti libre veut emprisonner les politiciens actuels. Si les grands partis agissent de façon plus ou moins raisonnable, les petits partis, quant à eux, foncent directement dans le mur.

D’abord, la cheffe du Parti vert est contestée au sein même de son caucus. En effet, Annamie Paul a menacé de poursuivre en justice son propre parti, qualifiant les propos à son endroit de deux de ses députés de « sexistes et racistes ». Le conflit a éclaté lorsque Jenica Atwin et Paul Manly ont critiqué vertement les frappes israéliennes dans la bande de Gaza en faisant référence à l’apartheid et à l’holocauste. Mme Paul, une femme noire de confession juive, a refusé de nuancer les propos de ses députés.  L’exécutif de son parti a tenté de lui retirer sa carte de membre, mais, coup de théâtre, le processus a été annulé à la dernière minute. Entretemps, la députée Jenica Atwin est passée dans le camp des libéraux. Depuis, Mme Paul a fait un lapsus en conférence de presse en encourageant les électeurs de son comté à voter pour les libéraux.

Force est d’admettre que le Parti vert ne sait plus où il s’en va. Sa campagne est entachée par le manque de leadership de la cheffe, qui se pose sans cesse en victime du racisme, du sexisme et de l’antisémitisme. La bisbille interne sur la question israélo-palestinienne donne des arguments au Nouveau Parti démocratique qui campe lui aussi à gauche. Même si Jagmeet Singh semble trop axé sur son apparence physique, il apparaît plus solide qu’Annamie Paul et plus en contrôle de ses candidats.

Mais ce qui se passe au Parti populaire est encore plus inquiétant. Les candidats Nash Mathieu et Jennifer Lefrançois ont comparé sur Facebook les mesures sanitaires du gouvernement Legault aux lois discriminatoires du régime nazi. Évidemment, un tel amalgame plus que douteux n’est pas nouveau au Parti populaire. Le chef Maxime Bernier s’est fait arrêter à deux reprises dans des manifestations anti-vaccins. Le politicien estime qu’en raison de sa bonne santé il ne serait pas nécessaire qu’il se fasse inoculer même si la Santé publique du Québec et celle du Canada s’entendent pour dire que le vaccin est efficace, sécuritaire et essentiel. M. Bernier joue les victimes en prétendant que la crise actuelle est d’abord politique plutôt que sanitaire, et ce, même si les infectiologues répètent depuis le début de la pandémie que la Covid-19 engorge les hôpitaux et tue des gens. Le slogan du Parti populaire pourrait être « Parlez-en en bien ou parlez-en en mal, mais parlez-en » que la stratégie du parti serait la même. M. Bernier et son équipe tentent en vain d’attirer les électeurs mécontents en faisant des coups d’éclat dans les médias sociaux dans le seul but d’attirer l’attention. Bref, si vous êtes comme moi, vous en avez marre de cette clique d’hurluberlus.

Sauf que le Parti populaire n’est pas le seul à alimenter les complotistes et leurs croyances saugrenues : le Parti libre, un p’tit nouveau sur la scène fédérale, veut carrément traduire en justice les auteurs des mesures sanitaires par un tribunal militaire spécial créé pour l’occasion. Une telle ineptie serait drôle si elle émanait d’un humoriste. Mais, hélas, c’est la réalité : le Parti libre veut emprisonner les politiciens actuels pour haute trahison. Leur délit? Avoir protégé la population canadienne d’une grave pandémie mondiale. J’espère sincèrement qu’aucun de leurs candidats ne sera élu et que le parti sombrera dans l’oubli. Le Parti libre tente de transformer le Canada en dictature en prétendant… se protéger contre la dictature! Ses candidats sont zélés et ignorants, ce qui les rend doublement dangereux.

Pour cette élection, de grâce, votons pour un parti sérieux et honnête, votons pour le Québec, votons Bloc Québécois.



Nos plateformes de diffusion

Youtube hors direct
Twitch hors direct
Facebook hors direct