Pourquoi j'ai voté pour le Bloc Québébois et non pour un parti fédéraliste
Les mots en folie

Politique

Pourquoi j'ai voté pour le Bloc Québébois et non pour un parti fédéraliste

Author Calendar View

552

Pourquoi j'ai voté pour le  Bloc Québébois et non pour un parti fédéraliste
  1. Parce que je veux faire la promotion du français, la seule et unique langue officielle du Québec.
  2. Parce que je veux que la culture québécoise rayonne au Québec et partout dans le monde.
  3. Parce que je veux en finir au plus vite avec cette pandémie qui nous étouffe et nous écrase.
  4. Parce que je veux que les agriculteurs soient reconnus à leur juste valeur.
  5. Parce que je veux préserver les lacs et les rivières du Québec.
  6. Et par-dessus tout, parce que j’aime mon Québec. Je suis fière d’être québécoise. Le Québec est ma nation.

Voilà.

J’ai suivi attentivement la campagne électorale qui vient de se dérouler. À part la question tendancieuse et raciste de la modératrice du débat en anglais, il ne s’est rien passé. Plus plate que ça, tu meurs.

Le parlement d’aujourd’hui est à toutes fins pratiques le même qu’avant les élections. Justin Trudeau a jeté 612 millions de dollars dans les poubelles.

Et les Canadiens ne l’ont même pas puni. Il aurait mérité de se retrouver sur le banc des punitions pour les quatre prochaines années.

Lundi soir, en voyant les résultats, j’avais honte de Trudeau et de son équipe incompétente. Je me disais qu’encore une fois, notre premier ministre a manqué de jugement.

Ce n’est pas la première fois. Pensons à son voyage en Inde ou à son escapade à son chalet en plein confinement. Ou encore à ses nombreux manquements éthiques. C’est l’Aga Khan qui doit être content, lui qui a offert des pots-de-vin à notre premier ministre, incapable de les refuser.

Pensons encore à ses déboires avec We Charity ou encore à son conflit avec sa ministre de la Justice dans l’Affaire SNC-Lavalin. Et n’oublions pas la crise des chemins de fer où Trudeau brillait par son absence.

Comment une personne si politiquement maladroite peut-elle être élue pour la troisième fois? Mais parce que l’opposition est faible! Ce n’est sûrement pas Erin O’Toole qui serait venu jouer les trouble-fêtes, lui qui s’est contredit sur les armes de poing.

Les libéraux n’ont qu’à brandir la peur de l’interdiction de l’avortement pour que les Canadiens peureux se cachent dans les jupes d’un parti libéral réconfortant qui fait office d’ersatz maternel pour l’occasion.

La seule chose dont Justin Trudeau peut être fier, c’est d’avoir gagné ses élections avec le plus bas taux de participation. Du jamais vu dans l’histoire fédérale. Trudeau a gagné grâce à l’impressionnante machine libérale et non à cause de ses idées. Justin est beau, sa femme est belle et ses enfants sont beaux. Voilà ce que les Canadiens ont vu et voilà pourquoi ils ont voté pour lui.

Vous voulez des preuves? En voici une flagrante : le candidat libéral Kevin Vuong a été exclu de son parti après avoir été accusé au criminel d’agressions sexuelles. Les électeurs de son comté l’ont tout de même élu, sachant à quel point cet homme ne respectait pas les femmes.

Le nouveau député de Spadina-Fort-York dans la région de Toronto siègera maintenant comme indépendant.

Mais le mal est fait. Les habitants de sa circonscription ont préféré un homme au passé ingrat plutôt que ses adversaires, et ce, simplement parce que monsieur arborait les couleurs du parti.

Un tel scandale prouve à quel point les Conservateurs sont peu populaires dans les grandes villes et à quel point les Torontois ont un attachement sentimental qui dépasse l’entendement pour le parti libéral.

Oui, j’ai honte de mon Canada.



Nos plateformes de diffusion

Youtube hors direct
Twitch hors direct
Facebook hors direct