La CAQ, le déni et la crise du logement
Les mots en folie

Politique

La CAQ, le déni et la crise du logement

Author Calendar View

567

La CAQ, le déni et la crise du logement

Êtes-vous un petit salarié ou un prestataire d’une aide gouvernementale? Si oui, avez-vous en plus une famille à loger et à nourrir? En d’autres mots, êtes-vous une personne à faible revenu? Si la réponse est positive, vous vivez sûrement la crise du logement et votre famille aussi.

Dernièrement, j’ai eu la chance de rencontrer des hommes et des femmes qui habitent dans des logements trop exigus ou infects. Ces gens vivent un enfer. Leur logement ne convient pas, mais ils n’ont pas les moyens de déménager ailleurs. C’est surtout triste pour les enfants, les retraités et les personnes inaptes à l’emploi qui ne peuvent espérer une hausse de leur maigre revenu.

Dans certains immeubles, on trouve de la moisissure, des coquerelles et des scarabées dans la salle de bain et la cuisine. Ou encore plusieurs pièces qui nécessitent d’importants travaux de rénovation. Dans d’autres, une famille de sept personnes s’entasse dans un trois et demi. La crise du logement sévit et elle est impitoyable.

Seulement sur l’île de Montréal, on estime que 60 000 ménages vivent dans un logement trop petit pour leurs besoins. Et c’est sans compter tous ceux qui endurent les punaises de lit et autres insectes qui envahissent leurs appartements.

Si le Parti libéral du Québec, Québec Solidaire et le Parti Québécois unissent leurs voix pour réclamer une intervention du gouvernement caquiste, le premier ministre François Legault et sa ministre de l’Habitation Andrée Laforest, eux, nient la situation. Aux yeux de nos gestionnaires publics, la crise du logement est une simple lubie journalistique. Avec leurs généreux salaires, ce ne sont pas ces ministres qui vont vivre la honte d’habiter dans un presque taudis!

Saviez-vous que M. le premier ministre Legault possède une maison de plus de huit millions de dollars dans l’ouest de la ville de Montréal? Les pauvres, il n’en a que faire, tant qu’il puisse habiter dans son château! Pour lui, garantir un logement décent à chaque résident du Québec, c’est une utopie inutile. Pour le gouvernement caquiste, les retraités, les personnes inaptes à l’emploi et les enfants ne sont pas la priorité. Car enrichir la classe moyenne se traduit par bien plus de votes que d’enrichir les plus démunis.

Qu’on se le tienne pour dit, le gouvernement Legault obtient un échec en ce qui a trait à sa gestion de la crise du logement. Premièrement, qu’il admette que le problème existe. Deuxièmement, qu’il fixe une limite à la hausse du prix des loyers. Troisièmement, qu’il paie le déménagement des personnes qui habitent un logement insalubre. Que le gouvernement se lève et agisse! Pour vous, pour moi, pour tous les Québécois.



Nos plateformes de diffusion

Youtube hors direct
Twitch hors direct
Facebook hors direct